Pour circuler de façon légale, tout motocycliste doit posséder une assurance moto. Avec un plan tarifaire moyen de près de 700 €, l’assurance moto ne cesse d’être revue à la hausse chaque année. Comment faire alors des économies et payer moins votre assurance moto ? Bon nombre de critères sont pris en considération dans le calcul du prix de votre assurance deux-roues. Parmi ces critères, nous avons entre autres la catégorie de votre engin. Ce dossier vous propose de découvrir les modèles de moto auxquels sont appliqués les tarifs les plus abordables. Vous risquez d’être étonné…

Quelles sont les motos les moins chères à assurer ?

Contrairement à ce que leur puissance peut laisser croire, les scooters et les cyclomoteurs ne représentent pas les engins à deux-roues les moins chers en assurance en France. Avec des primes moyennes annuelles plus basses, certains engins devancent les modèles communément utilisés en matière de moto pas cher en assurance. Il s’agit :

  • des trials (197 €),
  • des moto-cross (280 €),
  • des side-cars (308 €),
  • et enfin des motos Grand Tourisme (450 €) et Custom (457 €).

Il faut également noter qu’en dehors de votre emplacement géographique, de votre profil de conducteur ou encore de votre type de deux-roues, l’usage que vous faites de votre engin entre également en compte dans le calcul du prix de votre assurance.

Il s’avère ainsi que les deux-roues les moins chers sont ceux utilisés pour le loisir ou encore les routières, car elles ne sont pas utilisées fréquemment. Il est alors évident que moins elles sont employées, plus le risque de sinistre se réduit, et avec lui, le coût de votre assurance.

Quel est le coût moyen de l’assurance en fonction de la cylindrée de la moto ?

La taille du cylindre de votre engin à deux-roues influe directement sur le coût de la fourchette de garantie appliquée par votre assurance moto. En toute logique, plus l’engin sera puissant, plus le montant de la prime sera élevé. Diverses caractéristiques de la moto sont alors prises en considération :

  • Son type (sportive, routière, etc.) ;
  • Le modèle de l’engin ;
  • Sa marque ;
  • La puissance du moteur ;
  • Et enfin la date de mise en circulation.

Les primes sont d’autant plus élevées que la moto est de type sportif et puissant. En effet, ce type d’engin à deux-roues est vu comme étant le plus risqué par l’assureur. En cas d’indemnisation suite à un accident, les pièces de rechange d’une moto puissante et neuve reviendront plus chères.

En fonction de la cylindrée de la moto, voici les coûts moyens de l’assurance moto :

  • Pour un cyclomoteur (50 cc) : 480 € par an ;
  • Les sans permis moto (125 cc) : 409 € par an ;
  • Les petites cylindrées (550 cc) : 792 € par an ;
  • Les cylindrées moyennes (850 cc) : 778 € par an ;
  • Les grosses cylindrées (supérieur à 850cc) : 606 € par an.

Il convient de faire alors une petite remarque : l’assurance des motos ayant une grosse cylindrée ne revient pas forcément plus chère que les autres. En effet, la compagnie d’assurance considère que les motards ont plus d’expérience, donc leur contrat est moins risqué. Et il faut également notifier que la loi exige d’avoir le permis A2 depuis au moins 2 ans pour ensuite postuler au permis A qui est celui des grosses cylindrées. En plus, il faut avoir au moins 18 ans pour détenir un permis de type A2.